Gemeinde Gomaringen

Seitenbereiche

  •  
  •  
  •  
  •  

Origine et petite noblesse de Gomaringen*

jour de lessive Gomaringen
jour de lessive Gomaringen

L’origine du lieu remonte - la terminaison en -ingen l’indique - à l’époque de la colonisation alémanique du secteur. C’est au 11ème siècle que Gomaringen fut cité pour la première fois dans un document, la chronique de Berthaud** dit de «Zwiefalten», mais c’est en 1191 seulement, après l’extinction de la maison des comtes de l’«Achalm» ( dont le château se trouvait sur un sommet du même nom près de Reutlingen à une petite douzaine de kilomètres ) que fut faite dans un document datable une première mention de deux membres de la noblesse locale se réclamant «de Gomaringen»: il s’agissait de Frédéric et de Hugues de Gomaringen, feudataires des phalsgraves de Tübingen. 

Appartenaient à ce fief: un château-fort avec avant-cour ( l’actuel château de Gomaringen ) ainsi que nombre d’autres droits et possessions. Aux armes de ces seigneurs on trouve deux ailes d’aigle argentées sur fond bleu. L’armoirie actuelle de la commune les a conservées, mais les a placées sur un fond rouge. La commune de Stockach, rattachée à Gomaringen depuis peu, en avait déjà fait partie à ses débuts.

Le partage successoral

station sentier
station sentier

Du 13ème au 15ème siècle a vu à plusieurs reprises les seigneurs de Gomaringen prendre les fonctions de maîtres de paroisse. Leurs représentants les plus importants sont Bernard (?) et Pierre de Gomaringen, prieurs tous les deux de l’abbaye de Bebenhausen, monastère rattaché aux domaines des Phalsgraves de Tübingen. C’est dès la moitié du 14ème siècle que s’annonça le déclin de la maison des «Gomaringen», résultant de nombreux partages successoraux et de fréquents départs à la vie monacale, sans parler des cessions de propriété qui les accompagnaient et qui faisaient profiter pour la plupart l’abbaye de Bebenhausen.

 Finalement, vers la seconde moitié du 15ème siècle, après une série de changements de propriétaire, la totalité des anciennes possessions des seigneurs de Gomaringen avec tous les droits en usufruits et servages passa à l’hospice de la ville impériale de Reutlingen. Durant les 150 ans qui suivaient, les prévots impériaux veillaient sur les intérêts de la ville voisine ( Reutlingen ) et c’est cette même époque qui vit entrer la Réforme en la paroisse de Gomaringen.

l’intendance de Reutlingen

château Gomaringen
château Gomaringen

Après la Guerre de Trente Ans - dont les terreurs n’épargnèrent point Gomaringen - la ville impériale accablée de dettes se vit amenée à revendre, château compris, «son village le plus prospère», en décembre 1648 au prix de 30000 florins, l’acheteur étant Eberhard III, duc du Wurttemberg. Jusqu’à l’arrivée de Napoléon en Allemagne Gomaringen allait de ce fait rester sous la tutelle notariale de la chambre ducale, voire immédiatement soumise à l’attention des princes. La régie en était exercée par les prévots ducaux résidant au château même. En 1807 la localité revint au «Kreis» ( ~ arrondissement, ~ «circonscription», successeurs des «Oberämter») de Reutlingen***. La description du «Oberamt» de 1824 précise que de toutes les communes de l’intendance de Reutlingen c’était Gomaringen «la plus pauvre et celle qui avait le plus d’enfants» et que les charges sur les terres communales y étaient les plus lourdes.

On ne s’étonnera donc pas d’apprendre qu’en un siècle à partir de la fin du 18ème 821 personnes se soient expatriées, à destination des Etats Unis d’Amérique. pour la plupart.

Réforme communale et administrative

Suite à la réforme communale et administrative du Land Baden-Wurttemberg ( loi du 1er décembre 1973 ) Gomaringen appartient aujourd’hui au «Landkreis» de Tübingen.

En cette même occurrence le petit village de Stockach a de son propre chef formel- lement déposé sa volonté d’appartenir à la commune de Gomaringen; c’est encore en exercice de la dite loi que les municipalités de Nehren et de Dußlingen ont commen- cé, avec celle de Gomaringen, à former une communauté administrative ( dans l’ob- jectif de rendre plus simples et plus économes les processus administratifs qui les concernent à part égale ). Le siège de cette dernière restera à la mairie de Gomaringen.

Le château

Parmi les choses dignes d’être vues à Gomaringen le château est celle qui est la plus importante. Siège paroissial au 19ème siècle, il donna demeure de 1837 à 1841 à Gustav Schwab ( auteur de la plus célèbre collection d’épopées grècques et l’une des grandes figures du romantisme souabe ).

L’un de ses prédecesseurs, un nommé Jean-Udalric de Schwindratzheim qui avait écrit les «Kausalgedichte eines Wirtembergers» ( Poèmes sur les principes des choses, tels que les conçoit un enfant du pays ) cités par Schwab avec beaucoup de chaleur.

Le sentier historique

Le «Gomaringer Geschichtspfad» ( sentier historique ) vous conduira à 12 endroits d’intérêt historique, stations que vous pourrez visiter sur le plan de la localité ( voir: annexes ).

* les passages reproduits en italique et entre paranthèses ont été rajoutés par souci d’information. Ils s’adressent à tous les lecteurs français qui ne sauraient être au courant de l’histoire ( littéraire ) allemande/souabe.

** J’ai essayé de trouver à tous les prénoms une traduction française, compte tenu de la pratique observée par les traducteurs français et vu qu’il ne s’agit en principe que de prénoms moyenâgeux pour lesquels on devrait pouvoir trouver des versions franciques.

*** C’est sans réserve que Reutlingen appartiendra désormais au Wurttemberg, devenu royaume à la suite des boulever- sements napoléoniens.